Start-up : ne faites pas ces erreurs de recrutement

La French Tech ne cesse de grandir. Chaque année, de nombreuses start-up reçoivent des fonds de la part d’investisseurs. Pour répondre aux défis qui les attendent et se développer, elles ont besoin de recruter, sans perdre de temps. Mais le recrutement et la précipitation ne font souvent pas bon ménage. Découvrez les erreurs de recrutement à ne pas commettre en start-up.

Négliger le processus de recrutement

Bien que la start-up soit une entreprise en plein développement, il est essentiel de formaliser votre processus de recrutement. L’enjeu est double : minimiser les coûteuses « erreurs de casting » et communiquer ouvertement avec les candidats.

Un processus de recrutement cadré est le socle d’une embauche réussie. Expliquez son déroulement ouvertement, avant même qu’un candidat propose sa candidature. Il doit savoir ce qui l’attend !

 

Privilégier l’expérience au potentiel de développement

Dans une start-up amenée à croître rapidement, les compétences d’adaptabilité et d’apprentissage sont essentielles.

Il n’est pas rare que les CEO de start-up cherchent à embaucher des professionnels ayant fait leurs preuves dans des entreprises renommées. D’autres au contraire, hésitent à recruter des candidats issus de grandes entreprises car ils doutent de leur flexibilité et de leur volonté d’assumer des tâches ne faisant pas partie de leur description de poste. Dans les deux cas, la stratégie n’est pas judicieuse.

La diversité des effectifs est un vrai avantage pour une start-up. Sélectionnez vos nouvelles recrues en fonction de leurs compétences comportementales et techniques, au lieu d’exiger la présence d’un nom prestigieux sur leur CV.

 

Rechercher des personnes trop polyvalentes

Vouloir embaucher un couteau suisse, par exemple un professionnel à la fois développeur web et marketeur, n’est pas une bonne idée.

Votre start-up a besoin de spécialistes pour se développer rapidement et durablement. Les profils généralistes sont plus adaptés aux entreprises bien établies et en croissance stable.

Concentrez-vous sur le recrutement d’un candidat expert dans son domaine. Il apportera une valeur ajoutée importante au reste de votre équipe.

 

Ne pas exprimer clairement le “pourquoi” de votre start-up

Votre mission et vos valeurs en tant qu’entreprise influencent l’ensemble de vos activités, du développement de produits et/ou services à l’acquisition de partenariats. Il s’agit de la raison d’être de votre start-up, qui répond à une problématique bien précise.

Si vous ne communiquez pas efficacement votre mission aux candidats potentiels, vous risquez de rencontrer des problèmes au moment de prendre des décisions importantes sur l’orientation de l’entreprise. Au contraire, si vous êtes clair et transparent à propos de vos valeurs, vous construirez une équipe soudée qui regardera dans la même direction. La communication et le marketing de recrutement sont vos meilleurs alliés pour vous assurer que le message est entendu et bien compris.

 

Être frileux sur l’innovation

Par définition, une start-up est une entreprise innovante. Cela ne s’applique pas uniquement à vos produits et services, mais également à votre processus de recrutement. 

L’embauche de nouvelles recrues a un impact décisif sur l’avenir de votre organisation. Pour un recrutement efficace, évitez les techniques traditionnelles d’évaluation et de sélection des candidats qui ne sont pas en cohérentes avec votre mode de fonctionnement.

L’étape de la présélection des profils est cruciale : ne passez pas passer à côté de profils à fort potentiel ! Utilisez des méthodes interactives pour découvrir vos candidats au-delà de leur CV.

 

Découvrez herakles.works, la solution vidéo qui révolutionne le formulaire de candidature !

 

Sous-estimer l’importance des flux de trésorerie de votre start-up

La levée de fonds est le Graal des start-up. Les sites spécialisés regorgent d’annonces d’investissements de tous horizons.

L’implication d’investisseurs extérieurs a souvent une influence sur le volume de recrutement. Si les finances sont impactées, de nombreuses start-up ne se penchent pas suffisamment sur leurs flux de trésorerie. Pourtant, c’est le nerf de la guerre pour une petite entreprise.

Entreprendre une campagne de recrutement entraîne des coûts financiers et une implication conséquente de la part de vos équipes.

Veillez à anticiper les coûts directs (sourcing de candidats, salaire de la nouvelle recrue, rémunération de l’équipe de recrutement) et les coûts indirects (onboarding, matériel et outils de travail). 

Sans une gestion et une planification minutieuses de la trésorerie, votre start-up prend le risque de se retrouver à court d’argent et met en péril son existence. 

 

Recruter dans la précipitation

Il s’agit probablement de l’erreur la plus courante. Si vous venez de lever des fonds, vous ressentez probablement une forte pression à recruter et montrer la performance de votre entreprise. 

Malheureusement, certains investisseurs évaluent le succès d’une start-up en fonction du nombre de personnes recrutées et de la rapidité avec laquelle vous les embauchez.

Prenez un temps de réflexion. Les émotions altèrent votre perspective. Peu importe que le candidat ait l’éloquence de Barack Obama ou qu’il code comme il respire, attendez au moins 24 h avant de prendre une décision d’embauche.

 

Manquer d’initiative

En tant que fondateur de start-up, vous avez généralement un délai de trois à cinq ans pour mettre votre entreprise sur les rails, en fonction de votre situation financière.

Chaque semaine ou mois perdu en raison d’un travail improductif ou de mauvaise qualité vous rapproche de la fin de votre activité.

Ainsi, ne perdez pas de temps inutilement. Mettez en place une campagne de marketing de recrutement active pour attirer des candidats. Diffusez vos annonces d’emploi sur les jobboards spécialisés et les réseaux sociaux. Et si vous le pouvez, entreprenez une approche directe auprès des professionnels dont le profil vous intéresse.

 

Masquer la réalité de votre start-up

Travailler au sein d’une start-up est le rêve d’un grand nombre de professionnels. Ce cadre de travail particulier offre de nombreuses possibilités d’apprentissage et de développement sans avoir à se plier à la bureaucratie des grandes entreprises. 

Mais contribuer au développement d’une start-up soumise à la pression des investisseurs n’est pas toujours facile. Cela demande un engagement important des collaborateurs et la traversée de nombreuses périodes d’incertitudes. 

La période de recrutement est décisive à ce niveau. Il incombe au recruteur de définir les attentes au cours des entretiens afin que les candidats puissent décider, en connaissance de cause, s’ils sont dans le bon état d’esprit ou à la bonne étape de leur vie pour participer à l’aventure start-up.

 

Ne pas poser les bonnes questions en entretien

Les start-up doivent faire preuve de créativité lors des entretiens d’embauche. L’environnement de travail diffère de celui des entreprises traditionnelles. Les salariés ont souvent besoin de faire preuve de résilience, d’intégrité et vouloir parfois aller au-delà de leur description de poste.

Les questions habituelles sur la formation, les qualités et les défauts ne sont donc pas toujours pertinentes.

Privilégiez les questions à propos de l’application des compétences, l’intelligence émotionnelle et l’attitude face aux challenges et à l’échec. Elles donnent une image plus pertinente de ce que le candidat peut apporter à l’entreprise.


 

Selon KPMG Pulse, la France compte plus de 10 000 start-up. Ce chiffre ne cesse d’augmenter chaque année. Pour survivre et assurer leur croissance, ces entreprises doivent sélectionner les professionnels qui correspondent à leurs caractéristiques et à leurs ambitions de développement.

Innovation, rigueur et authenticité sont les clés pour réussir le recrutement en start-up et atteindre les objectifs.

Vous devriez aussi aimer