Transformation du travail : 10 tendances à suivre en 2021

Le monde du travail d’aujourd’hui ne ressemble pas à celui d’hier. Il évolue au fil des changements sociétaux et économiques. La technologie joue également un rôle important à ce sujet. Jetons un œil aux tendances 2021 qui dessinent la transformation du travail.

1. La digitalisation des entreprises

La révolution digitale est une cause majeure de la transformation du travail. Aujourd’hui, tout le monde ou presque utilise la technologie pour travailler. 

Les systèmes informatiques locaux se dématérialisent en partie sur le cloud. Les logiciels SaaS, les outils de visioconférence, les plateformes collaboratives et les autres solutions digitales font partie de notre quotidien.

La manière dont nous communiquons et travaillons évolue au fil des évolutions technologiques. Les tâches les plus chronophages, qui apportent peu de valeur ajoutée aux entreprises, sont automatisées. La digitalisation est un processus long et complet qui nécessite un changement de culture et de mentalité. Et la crise sanitaire a impacté sa progression. 

Selon une étude, la digitalisation a été ralentie pour 39 % des PME, alors qu’elle s’est accélérée pour 33 % d’entre elles. Pour un quart des PME, la crise n’a pas influencé leur situation digitale.

Alors que les activités des entreprises reprennent de la vigueur, la digitalisation des entreprises se poursuit. 

 

2. Le slashing

Connaissez-vous le slashing ? Ce terme provient de l’anglais “slash” qui désigne la barre oblique sur le clavier permettant de séparer plusieurs éléments.

Il s’agit pour un professionnel de cumuler plusieurs activités professionnelles à la fois. Le temps de travail est alors partagé entre plusieurs postes à temps partiel ou un statut salarié et un statut indépendant, par exemple. Le slashing concerne également l’engagement dans une organisation à but non lucratif. 

Dans certains cas, les professionnels ont plusieurs postes pour remédier à des difficultés financières. Mais pour beaucoup, cette pratique est une opportunité de satisfaire leur curiosité pour plusieurs domaines ou de vivre de leur passion. 

Et ce n’est pas près de s’arrêter. Selon une étude, 1 personne sur 3 issues de la génération Z souhaite cumuler trois activités ou plus en parallèle. 

 

3. La flexibilité du travail

La flexibilité du travail s’est fortement développée ces dernières années. Une aubaine pour les entreprises et les salariés. Voici un aperçu des pratiques de travail flexible :

  • Le télétravail. La crise sanitaire a accéléré la progression de cette tendance déjà populaire dans les pays anglo-saxons. Si des entreprises comme Plateform.sh et Whodunit optent pour le télétravail permanent, d’autres comme PeopleDoc proposent une organisation du travail hybride.  Les équipes de travail se décentralisent ce qui permet aux professionnels en recherche d’espace et de nature de s’éloigner des grandes villes. 
  • Le coworking. Travailler dans un espace de travail partagé est une option intéressante pour les professionnels qui travaillent à distance en recherche de lien social et professionnel. Récemment, un nouvel espace de coworking appelé Villa Maria a été créé à Bordeaux. Il comporte entre autres un parking avec bornes de recharge, une piscine, un grand jardin, une crèche pour les enfants et l’accès à des cours de yoga. Une initiative qui contribuera à coup sûr à l’équilibre vie professionnelle et vie privée !
  • La flexibilité des horaires. Pourquoi obliger les salariés à travailler quotidiennement de 9 h à 17 h lorsque ce n’est pas nécessaire ? Proposer la flexibilité des horaires est une évidence pour permettre aux salariés de se libérer pour des événements personnels, mais cela a également un impact positif sur la performance.
  • Les congés illimités. Venue tout droit des Etats-Unis, cette tendance fait timidement sa place en Europe. Si ce concept a des avantages évidents pour les salariés, elle permet aux entreprises d’évaluer la productivité de travail, plutôt que le temps de présence. Des entreprises comme Alan et Yes We Dev l’ont déjà intégré dans leurs pratiques RH. C’est aussi le choix qu’à fait herakles.works !

Conséquence de ces transformations du travail : les barrières géographiques s’effacent peu à peu. Ainsi, les entreprises peuvent solliciter plus facilement des talents de tous horizons.

 

4. Les soft-skills

Omniprésents sur les sites dédiés à l’emploi et au recrutement, les soft-skills, ou compétences comportementales, sont dorénavant au cœur des discussions RH.

Il faut dire que la crise sanitaire nous a rappelé à quel point les compétences d’adaptabilité, de rigueur, de créativité et de communication sont essentielles durant les périodes difficiles. Cette prise de conscience se produit dans un contexte de profondes transformations où l’incertitude sur les compétences et métiers de demain est forte. 

Si les compétences techniques peuvent être rapidement obsolètes, les compétences comportementales seront toujours indispensables. Elles permettent aux individus de relever les défis qui les attendent.

 

5. Les reconversions professionnelles

Recherche de sens au travail, adaptation à des circonstances personnelles, ou encore réorientation vers un secteur prometteur, les reconversions professionnelles ont le vent en poupe.

En effet, il devient rare d’exercer le même métier durant toute sa carrière. Pourquoi devrait-on travailler dans un domaine qui ne convient pas lorsque des alternatives sont possibles ? Le coaching à l’emploi s’est développé pour aider les professionnels à trouver leur voie. 

De plus, certains changements de carrière ont été provoqués par la pandémie. Par exemple, des salariés du secteur de la restauration, ont profité de cette période incertaine pour changer d’orientation de carrière et obtenir de meilleures perspectives d’emploi.

 

6. La montée en puissance de l’entrepreneuriat

Monter sa propre entreprise n’a jamais eu autant la côte. Une étude réalisée en 2021 par OpinionWay pour Go Entrepreneurs révèle que 21 % des personnes interrogées ont envie de créer une entreprise.

Les aides gouvernementales, la digitalisation de l’économie et la recherche de sens au travail font partie des raisons qui expliquent cet engouement. 

De plus, l’enseignement supérieur dédie des parcours entiers à la création d’entreprise. Certains établissements implémentent même des incubateurs d’entreprises au cœur des campus. Devenir entrepreneur avant même d’être diplômé, une situation surprenante qui devient réalité.

 

7. La réinvention des espaces de travail

L’augmentation des prix des loyers, la promotion d’une meilleure qualité de vie au travail et les stratégies de fidélisation des salariés ont amené les entreprises à repenser les espaces de travail. 

Si l’open space n’est pas près de disparaître, les organisations sont nombreuses à nuancer cet environnement de travail parfois contraignant pour les salariés. Espaces cloisonnés pour travailler quelques heures en toute tranquillité, lieux de repos et de divertissement, l’espace de travail moderne se veut dynamique, moderne et inspirant.

Et pour lutter contre la sédentarité et les risques musculosquelettiques qui y sont liés, pourquoi ne pas essayer la station de travail assis-debout ?

 

8. Les communautés autour de la marque employeur

Si la plupart des entreprises ont bien compris l’importance de créer une communauté autour de leur image de marque, elles sont encore peu nombreuses à le faire pour leur marque employeur.

Pourtant, créer un réseau de candidats potentiels, et interagir régulièrement avec eux est un investissement sur le long terme. 

Les futures recrues sont plus engagées et les recrutements sont facilités. Une pratique à ne pas négliger pour les recrutements massifs et les embauches de professionnels aux compétences rares.

 

9. Une communication transparente des entreprises

Avoir accès à l’information instantanément et 24h/24 apporte son lot d’avantages et d’inconvénients. Les bad buzz au sujet des recruteurs sont nombreux sur les réseaux sociaux. Si les entreprises ne prennent pas soin de leur communication, elles risquent d’avoir des difficultés à attirer des candidats et un taux de turnover du personnel élevé.

Toutes les organisations, quelle que soit leur taille, doivent répondre aux attentes des salariés et des candidats. Cela passe entre autres par le fait de fournir des informations claires et transparentes sur leurs activités et leurs pratiques de travail. 

Et avec la présence grandissante des réseaux sociaux dans notre quotidien, les entreprises ont tout intérêt à communiquer de manière proactive et gérer avec diplomatie les critiques et les avis négatifs.

 

10. L’apprentissage tout au long de la vie

Dans un environnement où tout évolue en permanence et où il est fréquent de changer de poste ou d’orientation de carrière, les professionnels ne peuvent plus seulement compter sur leur employeur pour se former.

Il est désormais impératif pour chaque individu d’être proactif dans le développement de ses compétences. C’est le concept du « travailleur apprenant » ou learning worker, terme introduit par Jacob Morgan, auteur de « The Future of Work« . 

Il s’agit pour les individus de prendre des initiatives pour développer leurs compétences et de se tenir informés des évolutions dans leur domaine de travail. Cela passe par l’autoformation, mais aussi par la création et le développement de leur réseau professionnel.


 

Les tendances de la transformation du travail sont marquées par la technologie, l’équilibre de la relation salarié-employeur et la recherche d’une meilleure qualité de vie en entreprise. 

Pour se détacher du modèle traditionnel et s’adapter aux nouvelles visions du travail, les entreprises devront être en capacité de conduire le changement. Il est essentiel de mettre en place des actions pour accompagner les salariés et l’équipe managériale.

Vous devriez aussi aimer